Catégorie

Romans, Romans policiers

I.S.B.N.

9791094689592

Format

13,5 x 21

Nombre de pages

216

Mise en vente

18 octobre 2019

Michel Claise

Sans destination finale

Le roman

Monica Berthier avait alors 29 ans lorsqu’un camion a percuté la voiture familiale sur la route des vacances. Son mari et son fils sont tués sur le coup. Malgré l’affection des amis et de sa vieille tante préférée, Eléonore, Monica sombre dans l’alcool. Ne supportant plus sa maison, elle vide son compte, bourre une valise de vêtements et claque la porte en laissant les clés à l’intérieur. Trois mois plus tard, elle dort dans la rue. Mendier pour boire, éviter le Samu social et les voleurs, s’endormir avant que le froid ne pénètre son corps, sont devenus la préoccupation de cette brillante professeur de Lettres.

Très vite, Monica tombe dans une forme de névropathie. Elle parle toute seule, ressassant les jours heureux. Elle a rejoint un petit groupe dont les huit membres passent leur temps à s’insulter et à se batte mais indissociables face aux flagellations de la rue.
Un jour de printemps, la police l’arrête. Sa tante Eléonore à qui elle rendait parfois visite a été cambriolée et assassinée. Très vite, Monica devient la coupable idéale. Elle quitte la rue pour la prison. L’engrenage judiciaire se met en marche… Et le sevrage soudain, violent, brutal.

Au fur et à mesure que se déroule une instruction à charge (le crime ne peut avoir été commis que par ce débris de l’humanité), Monica recouvre une santé physique et mentale.

Deux ans plus tard, c’est le procès. La cour d’assises se réunit pour juger Monica Berthier. La femme dans le box des accusés n’a plus rien à voir avec cet être déchu et marmonnant. Le jury, convaincu par la plaidoirie de la partie civile, l’acquitte.
La porte de la prison s’ouvre et la rue s’offre à nouveau à elle. Monica dépose sa valise. Est-elle finalement coupable ou innocente du meurtre de sa mère ? Que va-t-elle choisir : la résidence que l’assistant social lui a conseillée ou jeter à nouveau sa vie dans le caniveau ?

 

L’auteur

En 9 romans, cet éminent juge d’instruction, ancien avocat, chroniqueur à La Libre Belgique et professeur à l’Université Libre de Bruxelles, spécialisé dans la lutte contre la corruption et le blanchiment, s’est imposé comme un écrivain incontournable sur la scène belge. Plébiscité par les médias autant que par les libraires et les lecteurs (Salle des pas perdus, par exemple, s’est vendu à plus de 10.000 exemplaires), il a puisé son inspiration romanesque dans les coulisses de la criminalité qu’il connaît bien. Michel Claise vit à Bruxelles.

Prix littéraires

Prix du fonds de soutien de l’Académie de Belgique, prix du fonds européen de communication sociale, prix du premier roman, prix de la ville de Bruxelles, prix de la plume de cristal, prix de la société des auteurs belges, nominé pour le prix de Lycéens, Prix 2016 de la Citoyenneté, Prix des lycéens 2019 pour Cobre.